GAR415

Bruxelles
Président du PEN hongrois, V. Dorottya-utca 8 Budapest 8. Hongrie
Date: 25-11-1962
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (24-07-2017)
Folio number: 1

Copie L. Gara

Monsieur le Président,

Lors des réunions du P.E.N. International, qui se sont tenues à Rome, l’année dernière, et auxquelles notre Président R. Goffin et vous-même assistiez, les problèmes de la traduction de la poésie ont été l’occasion d’un débat particulièrement passionnant.

Depuis, la publication de diverses traductions de textes poétiques n’a fait qu’augmenter encore, au sein d’un public plus vaste, l’intérêt pour ces questions. Nous pensons, notamment, au recueil des poèmes d’Attila Jozsef, et à la récente et remarquable Anthologie de la Poésie Hongroise.

Aussi, nous avons pensé qu’il serait très intéressant d’organiser une Table Ronde sur les problèmes soulevés par la traduction de la poésie. Participeraient aux débats, des poètes et spécialistes hongrois, une dizaine de poètes français réputés, et les meilleurs poètes belges.

Cette Table Ronde pourrait avoir lieu à Bruxelles, les 9 et 10 février 1963, sous les auspices du Centre P.E.N. de Belgique d’expression française. Outre l’élite des poètes belges, nous avons l’intention d’inviter les français Jean Follain, Guillevic, Frénaud, Pierre Emmanuel, Jean Rousselot, Bosquet, Chaulot, etc. qui tous ont adapté des poèmes hongrois, ainsi que des spécialistes comme Caillois et Etiemble. La plupart des personnalités que nous avons consultées ont déjà donné leur accord de principe à ce sujet.

Parmi les personnalités littéraires hongroises, nous avons naturellement tout d’abord pensé à vous, Monsieur le Président, qui réunissez les qualités d’homme de Lettres, d’auteur d’anthologie et de Président du Centre hongrois. Nous serions très honorés si vous acceptiez notre invitation.

En outre, nous avons pensé également à Ferenc Jankovich, que beaucoup de poètes belges connaissent bien pour l’avoir rencontré aux Biennales de Knokke ou à Bruxelles, à Gyula Illyès, dont un recueil va paraître prochainement à Bruxelles, ainsi qu’à Istvan Vas, Sandor Weöres et à Györy Ronay, tous à la fois poètes et traducteurs. – L’intervention de Vas, au cours de la Table Ronde de Rome, a été très appréciée par tous les participants.

Les écrivains hongrois seraient invités pendant huit jours à Bruxelles ; le P.E.N. hongrois ne prendrait que les frais de voyages à sa charge.

Au cours de leur séjour, nous avons pensé qu’une excursion à Louvain – dont la Bibliothèque Universitaire contient le manuscrit du plus ancien poème hongrois – pourrait les intéresser. De même, nous envisageons également des visites aux villes d’art, Bruges et Gand, ainsi que l’organisation d’une soirée poétique et musicale belgo-hongroise.

Voici, Monsieur le Président, le projet que nous vous soumettons, et au sujet duquel nous serions très heureux de recevoir votre avis par prochain courrier.

Il est inutile, pensons-nous, de souligner que toute question politique sera rigoureusement exclue de toutes les manifestations prévues, notre but se limitant strictement à provoquer une réunion fraternelle entre des écrivains qu’intéressent les mêmes problèmes d’ordre littéraire.

Veuillez agréer, je vous prie, Monsieur le Président l’expression de ma considération la plus distinguée.

Le Secrétaire Général,

de Radzitzky