GAR099

Centre d’Etudes Françaises de Karlsruhe
Date: 3 August [?]
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (01-06-2017)
Folio number: 1

Mon Laci

Les 2 derniers nés de la fabrique de vers. Je n’ai pu faire mieux pour donner une sorte d’équivalent du Véreb ? Veréb de notre merveilleux Karinthy que de joindre colosse à molosse et à moineau. Je aurait été dommage tout de même de ne pas prendre Struggle for life.

J’ai bien reçu le Babits en hongrois et les Danaidák. Ça va être dur et c’est presque une gageure. Mais assez excitant. Enfin j’essaierai. Possible que je ne m’y mette qu’une fois parti et d’ailleurs ma vieille amie Margit Hamos à Stockholm sera là pour me donner au besoin ses conseils éclairés. Je vais d’abord me mettre au Dajka.

Je te soupçonne, ayant deviné qu’avec mon grand âge les filles ne me donneient plus l’occasion de passer des nuits blanches, d’avoir trouvé pour moi cette compensation. Tu peux te vanter d’avoir réussi. Tes poèmes me poursuivent en rêve. Après les Belles de Budapest les succubes de la poésie hongroise. Que de bâtards nés de ces enfantements. Malheureux parrain que tu es. T’ai je donné notre adresse à Stockholm. Si oui je répète C/O Mme Margit de Hamos Kaelskärgatan 3

Je t’embrasse en Karinthy et en Batsányi pour ce soir.

FGachot

A propos de ce cher Karinthy, nous rentrions un soir avec Berci et Martin Chauffier de chez Hatvany Laci. Karinthy marche à coté d’Irène et Chauffier, Berci, moi parlions de Gide ; la voix de Karinthy : mit zsidoztok itt annyit ? Et je ne sais plus si c’est le même soir aussi à propos du Voyage au Congo de Gide

Jártam Kongoban
Kicsapongoban
megtudni hogy
milyen a picsa Kongoban

Et cela aussi de lui disant à sa femme en parlant des enfants de leurs différants mariages :

A maga gyereke meg az én gyerekem verik a mi gyerekünket.