GAR150

Pharmacie M. Largeaud Diplômé de la Faculté de Paris, Oradour-sur-Vayres
Date: 11-02-1957
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (05-06-2017)
Folio number: 1

Mon cher Gara,

La lecture du numéro des Temps modernes consacré à la Hongrie, et l’écoute d’une émission radiophonique m’ont appris que tu es toujours en France, et toujours occupé de questiones littéraires. Après une éclipse d’une dizaine d’années, j’ai été heureux de retrouver ta trace.

Je voudrais renouer avec toi des relations amicales et littéraires. Amicales, j’en ai terriblement besoin. J’ai perdu ma femme, morte en Juillet 1956, d’un cancer soigné vainement pendant plusieurs années. Je t’aurais fait part de cette disparition, si j’avais eu ton adresse. Elle me laisse désemparé, et sans raison profonde de vivre. Littéraires aussi, acr à quoi occuper les quelques années qui me restent – peut-être ! – à vivre, sinon en revenant à mes premières amours ?

Je crée une revue : l’Homme Seul, destinée à faire le point de la position de l’homme libre d’aujourd’hui, devant la vie, devant la mort, devant la société, la morale, la Religion, la Science, la Connaissance, l’Art, la Philosophie...

J’ai déjà de très bonnes collaborations : un historien, un grand musicien, des poètes, un scientifique sortant de Normale Supérieure et travaillant à la Découverte Scientifique, etc... J’ai des correspondants au Maroc, au Canada, en Argentine. Cela s’annonce bien, mais le premier numéro ne sortira qu’après avoir fait le plein des talents disponibles... et sympathisants. Je te pose la question : veux-tu en être ?

Dans ta réponse, n’oublie pas de me dire où tu en es de ta vie sociale, littéraire et familiale.

Bien amical souvenir ML

J’espère que Madame Gara, et celle qui fut ta petite Clairette vont bien. Transmets leur mes hommages. ML