GAR119

Date: [?]
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (05-06-2017)
Folio number: 2

Cher ami

je ne fais pas « le mort », et sans être à Paris, je n’étais pas en Inde, mais je n’ai pas travaillé. Je n’y arrive pas.

J’étais sûr que vous le sauriez en n’ayant pas de nouvelles de moi le 15 août, mais je ne savais pas comment vous en parler et c’est grave pour moi que je ne voulais pas y croire.

Mais il y a beaucoup de bons poètes dans l’« équipe » qui travaille à l’anthologie, et je suis sûr qu’ils ont tous fait mieux que je n’aurais fait.

Je vous prie de croire à quel point je suis ennuyé de tout cela. Je repars demains pour Londres, où j’espère que la présence de Határ et la pratique déjà longue du texte de Pépito et Pépita me remettront sur la voie, et me permettront, au moins en cela, de faire quelque chose de réussi.

J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop, pas, en tout cas, surtout que je m’en veux, de toute façon ma collaboration en ce moment n’aurait pas été efficace.

Comme j’ai le texte du petit « poème en prose » de Gaspar Heltai et que ma traduction était déjà avancé, je vous envoie ci-joint cette devutère[ ?].

Je viendrai vous voir dès que je serai revenu d’Angleterre et que j’aurais un maniscrit remis au net.

Trouvez ici l’expression de ma respectueuse amitié et de mes reconnaissance.

Pierre Groze.