GAR362

Date: [?]
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (18-07-2017)
Folio number: 1

Mon cher Confrère,

Grâce à un effort constant sur le plan national et international, nous avons réussi à organiser notre très ancienne et très importante profession, à défendre partout les droits des traducteurs.

Nombre de ceux-ci ne connaissent encore notre mouvement que de nom. Contrairement à leurs propres intérêts, ils veulent ignorer que la Société Française des Traducteurs existe, que c’est grâce à son intervention qu’ont été rédigés les articles de la récente loi sur le droit d’auteur relatifs à la traduction, que la S. F. T. est à la veille de signer un protocole d’accord avec le Syndicat des Editeurs pour l’application pratique de cette loi, qu’elle fait partie, à l’U.N.E.S.C.O., du Comité intergouvernemental pour le droit d’auteur, qu’écrivains et éditeurs eux-mêmes font de plus en plus appel à son concours.

Ce n’est là qu’un des aspects de son activité. Outre les conférences et les réunions d’information organisées à son siège, la S.F.T. entretient des relations constantes avec la Société des Gens de Lettres, le P.E.N. Club International, les grands organismes culturels, les ministères et enfin avec l’U.N.E.S.C.O. qui à chaque occasion resserre sa collaboration avec elle. Son bulletin intérieur, « Traduire », est une source précieuse de renseignements.

Représentée à la Commission de la professionalité, la S.F.T. suit de très près les questions relatives à la Sécurité Sociale. Son service juridique et fiscal rend d’innombrables services à ses adhérents. Elle exerce fréquemment un rôle d’arbitre dans les litiges et a obtenu d’importantes décisions de jurisprudence.

Enfin, par ses interventions répétées, elle a réussi à imposer un tarif minimum et à revaloriser le prix des traductions.

Par le truchement de la Fédération Internationale des Traducteurs, qui groupe une vingtaine de pays, elle est en contact permanent avec les traducteurs du monde entier afin d’établir un répertoire international de ceux-ci, base d’une action plus vaste pour la création d’un centre de documentation et d’échange de bourses et de voyages d’études à l’étranger.

Dans cette lettre, qui n’est qu’une prise de contact, nous ne pouvons que vous donner un aperçu sommaire d’une activité à laquelle vous vous devez de participer. Aucun traducteur actif ne peut aujourd’hui demeurer isolé, se priver de l’appui que peut lui fournir la S.F.T. et c’est pourquoi, dans votre intérêt même, nous vous demandons de vous adresser à nous et de joindre votre effort au nôtre.

Veuillez agréer, mon cher Confrère, l’expression de nos sentiments les plus sympathiques et les plus dévoués.

Pierre-François Caille

Président de la S.F.T. Vice-Président de la F.I.T.

P.S. Afin de répondre directement aux questions que vous pourriez nous poser, nous vous signalons que nous tenons une permanence, tous les samedis de 15 h à 17 h, à notre siège, 66, rue Pierre Charron. (Maison International du PEN CLUB).