GAR145

Paris
Date: 22-01-1961
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (05-06-2017)
Folio number: 1

Mon cher ami,

Votre lettre à laquelle je m’excuse de répondre si tard, m’a fait un très grand plaisir. Oui, c’est exact, je prépare actuellement une anthologie de la poésie hongroise pour les Editions du Seuil qui n’a d’ailleurs rien à voir avec les services culturels gouvernementaux hongrois.

Je serais ravi de pouvoir faire figurer quelques unes de vos traductions. Pour bien faire évidemment, il faudrait que nous puissions travailler un peu ensemble comme je le fais avec l’équipe de poètes qui m’ont accordé leur collaboration. Vous savez, c’est un peu comme j’ai travaillé jadis avec vous à Cassis, seulement, bien sûr, près de 20 ans sont passés depuis. Or, depuis ce temps, non seulement votre serviteur a fait quelques progrès, mais surtout l’art de traduire en vers français aussi. Nous employons une technique beaucoup plus souple empruntée un peu à celle d’Apollinaire et d’Aragon, qui permet une fidélité bien plus grande que la versification absolument classique.

Je ne sais si vous êtes d’accord sur ce point mais je serais heureux si vous l’étiez. Et puisqu’il est impossible de vous expliquer en détail ce que nous faisons je me suis amusé à recopier une de vos traductions que j’aime tout particulièrement, mais de telle façon que j’y ai glissé des contre-propositions pour quelques vers. C’est parfaitement fidèle quant au sens, même plus fidèle que la première version. Si la rime miel – elle ne vous effraie pas (certains des poètes en ont fait de plus risquées) je ne pense pas que vous puissiez m’accuser de haute trahison. Donnez-moi vite votre opinion que vous envoie d’autres textes.

Je sais incidemment que l’Institut Hongrois prépare également une anthologie de la poésie hongroise. Je ne verrais aucun inconvénient quant à moi à ce que vous collaboriez aux deux.

En attendant de vous lire, recevez, mon cher ami, l’expression de ma fidèle amitié.