GAR084

Centre d’Etudes Françaises de Karlsruhe
Date: 18 September [?]
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (01-06-2017)
Folio number: 1

Mon cher Laci

Nouvelle et je dois dire dernière, du moins pour moi, version des Danaïdes. C’est un à peu près. Pour parvenir à ce resultat j’ai dû compter pour rien toutes les finales muettes : e, es, ent. Sans cela je n’en sortais pas. Tu jugeras à ce que ça donne. Moi je n’en sais plus rien. J’ai juré pendant toute cette semain [ ?]ant à l’enfer non seulement les sacrées Danaïdes mais la poésie hongroise et Babits Et je ne suis pas arrivé à garder toujours la cesure à la 4e syllabe.

Je t’envoie encore cet autre à peu près le pont de Vargha. Mais quant à Vajda, non, je me suis heurté à lui me suis entêté sans résultat. Franchement je trouve le poème d’une platitude qui passe en hongrois mais pas en français. Donne le à quelqu’un d’autre si tu y tiens. A côté du merveilleux Kaffka par exemple cela sonne creux.

Il était temps que je finisse, tu sais. J’ai pas mal de choses à faire.

Simplement dis-moi ton opinion sur les Danaïdes. Elles m’ont bien vidé physiquement et intellectuellement. Il faut croire que je ne suis pas le Léthé. Mais quelles sangsues, quelles pieuvres !

Tu me tiendras au courant n’est-ce pas de tes pourparlers Stock Delamain et Boutelleau [ ?] Seuil.

Maintenant commence un autre plaisir pour moi les [ ?] avec le théâtre à propos des conf[ ?] et ensuite les répétitions. [ ?] pour moi. J’ai écrit à Jancsi Szavai. [ ?] à Berci quand tu le verras. Je t’embrasse mon bourreau mon frère

FGachot