GAR433

Paris
Date: 11-07-1963
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (29-07-2017)
Folio number: 1

Mon cher Ami,

Je pense que les entretiens que j’ai eus à Bruxelles à propos de la préparation de la Biennale de la Poésie n’auront pas été tout à fait inutiles.

Et d’abord en ce qui concerne votre participation ! Les Belges acceptent bien entendu toutes vos conditions, notamment de ne pas vous annoncer parmi les orateurs devant intervenir au cours des séances de travail. En général, vous ferez ce que vous voudrez. Toutefois, Flouquet a fait remarquer malicieusement que si d’aventure vous aviez pendant ces séances l’envie d’intervenir à propos de telle ou telle question, il ne faudrait surtout pas que vous la refréniez. Les invitations que j’ai suggéré de votre part ont toutes été acceptées. Des invitations personnelles adressées « aux bons soins » de l’Association des Ecrivains seront envoyées à titre privé à Vinokourov et à Mateevna, d’une part, et à Bobrowsky, d’autre part. Par ailleurs, la direction des festivals va également faire parvenir des invitations à titre privé à Kassak, à Illyés et à Weöres qui, au début de septembre, se trouvera encore à Londres. D’une manière générale, pour ces invitations, les Belges prennent à leur charge le voyage des invités – à partir de la frontière de leur pays – ainsi que les frais de pension.

Une sous-commission de la Traduction de la Poésie va siéger pendant tout le festival. Certains détails restent encore à régler quant aux travaux de cette sous-commission.

Par ailleur, il est question d’organiser un stand consacré à la poésie hongroise. Le directeur de l’Institut Hongrois de Paris a déjà fait des propositions – assez vagues d’ailleurs – à la direction de la Biennale, à ce sujet. Flouquet lui écrira de se mettre d’accord avec moi en ce qui concerne les livres exposés, dont la majeure partie traduite en français, l’a été par nos soins. Je mettrai comme condition sine qua non à notre participation l’absence de toute propagande politique et la présence dans ce stand d’oeuvres de poètes injustement tenus à l’écart en Hongrie, comme par exemple Weöres, Pilinsky et même Kassak.

Quelles que soient les délégations officielles que les Hongrois pourront envoyer, je pense que la présence à Knokke de poètes tels qu’Illyés, Weöres et Kassak donnera un éclat particulier – en ce qui concerne la Hongrie du moins – à ces manifestations.

Enfin, il est question d’organiser, en marge du festival, un récital de la poésie dont les détails restent à fixer mais pour lequel certains concours nous ont déjà été promis.

Il est bien entendu qu’au cas où Illyés serait autorisé à se rendre à Knokke, ce qui est plus que vraisemblable, son recueil serait publié à cette occasion et exposé au stand de la Poésie Hongroise.