BLE PC 182

Budapest
Date: 21-07-1983
Language: French
Repository: Private ownership
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (20-10-2017)
Folio number: 2

Chère Madame,

 

j’ai bien reçu le Lettre d’information N°11 /juin 1983/ de Champs des Activités Surréalistes. Je suis content de ce que vous n’avez pas oublié de consecrer /p. 7) quelques lignes au décès de Gyula Illyés /vous employez une graphie arronée: c’est bien un á et non un èl/. Cependant je regrette que cette information nerologique soit aussi succinte /20 lignes, donc juste deux fois plus que l’information relative à la mort de Grets Knutson, l’ex-femme de Tzara/. Vous y dites d’une part que "La rupture du rythme classique du vers hongrois et les images hardies ke font rapprocher d’une inspiration surréaliste."Puis, un pou plus loin: "Mais il est difficile de parler on quelque façon du’surréalisme’ d’Illyés". Je vois quelque contradiction entre ces deux assertions; en tout cas, Illyés a écrit, au début de es carrière, de nombreux poèmes surréalistes de stricte obédience; parhailleurs, le conception et l’esprit surréalistes ont marqué toute son activité, et même dans ses poèmes qui samblersient se trouver le plus loin de cette tendance, donc dans ses poèmes dits "populaires", sa facture est imprégnée d’un certain surréalisme dont les conquêtes 1’ont toujours inspiré, même récemment - ainsi .que je l’ai remarqué dans la préface de la seconds édition de mon anthologie /A szürrealizmus. 1979/. Dans sa plaquette, intitulée Különös testamentum /"Testament étrange"/, il évoque l’époque où il fréquentait les cours de Sainte-Anne et il lisait assidement les revues surréalistes /dans un des poèmes de cette plaquette, il mentionne en français dans le texte le titre de Le Révolution Surréaliste/. Naims ce qui manque de plus de votre article nécrologique, c’est son roman autobiographicque écrit pendant la guerre: Hunok Párisban /"Les Huns à Paris"/ qui n’est d’ailleurs hélas! menionné même pas dans l’introduction qui figure devant les poèmes insérés dans Anthologie de la Poésie hongroise des Éd. du Seuil /1962/. Pourtant Hubert Juin y fait allusion dans un emportement plein d’humour, Tristan Tzara, Jean Cocteau, Georges Gabory et d’autres notables contemporains. C’est pour le jeune homme qui commence à écrirem l’apprentissage tourbillonnant de la modernité d’alore". Outre les personnages énuméré par H. Juin, on peut ajouter les noms de Breton, de Sauvage, Malraux, Jacob, P. Pis, Dermée, Goll, Soupault, Desnos, etc. et surtout de Cravel qui, parmi tous les copains, fut qui lui était peut-être le plus lié et qui, invité par son confrère hongrois, lui rendit visite dans la Puszta magyare! Par ailleurs, Illyés raconte dans ce chef d’oeuvre, avec sa verve coutumière, l’"épopée" du tract Un cadavre /dans ke chapitre intitulé Les Anges révoltés, ce qui, bien entendu, est une allusion au roman de France/ Si les Français étaient moins snobs et moins à plat devant les "grandes natione", ce document unique sur les années 1920 et le surréalisme aût été sans doute traduit depuis longtemps; mais hélas! ce n’est pas un Anglais ou un Allemand qui l’avait écrit, amis un pauvre petit poète de Hongrie... Autre chose: pour le 80e anniversaire du poète /novembre 1982/, je voulais écrire une étude sur "Illyés français"; je l’ai proposé à Ch. Dobzynski, mais il n’a pas répondu /pourtant, comme vous le savez, je collabore à Europe/; je l’ai rédigé donc en hongrois /elle a paru dans la revue NAGYVILÁG/. J’y ai parlé entre autres de ses magnifiques assais dont seulement deux ou trois ont paru en français /en Europe et dans le NRF/. Pourtant il a consacré de pages lumineuses à Bosquet, Chaulot, Clancier, Emmanuel, Éluard, Follain, Frénaud, Goffin, Guillevic, Tzara etc. /Je ne mentionne point ici les auteurs classiques, il a rédigé par exemple le meilleur assai hongrois sur Molière.../. Ne pensez-vous pas qu’un recueil de ces essais mériterait de voir le jour à Paris?

Je vois que vous venez de publier un livre sur Le Surréalisme et le Roman. J’espère  que vous allez ne faire envoyer un exemple de lecture.

Recevez, chère Amie, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

/André LAZAR./

P.S.

Je penae que ma lettre pourrait servir la cause de la recherche surréaliste si elle était publiés dans votre CAS...