BLE PC 305

18, rue de la Glacière Paris 13e
Date: 25-06-1969
Language: French
Repository: Private ownership
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (23-12-2017)
Folio number:

Cher ami,

Pardonnez-moi encore de répondre avec du tetard pour vous remercier de la bonne nouvelle que vous m’annoncer: les Enfants d’Attila traduits en hongrois! En ce qui concerne les 2 contributions, je vous ai dit que j’étais entièrement d’accord avec la première, à savoir: Toucher les droits en florins seulement

Pour la 2eme, l’affaire du comte „Karol” , on peut couper dans . ce passage. Toutefois, le seul intérêt du personnage étant d’exalter une cause perdue – et par la séduire Mathias Laudon – il serait peut-être préférable de changer le nom tout en coupant dans le passage où les allusions à un accident et une prothèse de la mâchoire pourraient en effet faire penser au comte Károly. Encore que le nombre des gens qui se souviennent qu’il avait la bouche tordue doit régulièrement diminuer!

Vous arrangerez cela comme vous voudrez, vous pensez bien que je vous laisse faire en toute confiance. Vous avez traduit des auteurs plus illustres que moi.

L’éditeur a déclaré au journal „Le Monde” qu’il sera vendu 50.000 exemplaires des Enfants d’Attila, chiffre certainement exagéré. Cela dit, j’ai toujours espoir d’une traduction italienne. A Hollywood où j’étais il y a six mois, je suis en pourparlers avec un agent qui voudrait négocier un scénario d’après la deuxième partie du roman. Mais je suis également en pourparlers avec les Russes. Je vous donnerai les détails.

J’espère que vous vous portez bien après la dépression dont vous parlez et que vous allez finir votre Quartier Latin. Je serais absent pendant un mois – je vais en Espagne – Mais je vous promet qu’à la rentrée en août je vais fouiller un peu dans différentes archives pour vous trouver des documents sur l’état actuel du Quartier. Le changement notable le plus récent; vous savez sans doute que c’est depuis les événements de Mai, quelques arbres en moins boulevard Saint Michel – et surtout une épaisse couche de goudron sur la chaussée de la place St. Michel jusqu’à la rue Gay-Lussac, afin qu’on ne puisse plus dépaver!

A bientôt donc, bien amicalement vôtre

G. Walter