BLE PC 245

Landrichamps par Givet (Ardennes)
Date: 22-05-1956
Language: French
Repository: Private ownership
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (18-12-2017)
Folio number:

Cher Monsieur,

Georges Kassai me communique votre adresse et me suggère de m’adresser à vous en ce qui concerne la publication possible de „Jacques Thibault” et aussi de mes „Bonheurs”, parus – et à paraître – à la nrf à Paris.

            Je n’ai pas besoin de vous dire combien j’en serais heureux. Je pense que la chose sera aisée pour „les Thibault” et sans doute, Jacques Thibault (déjà publié en traduction et en français dans plusieurs pays), et je souhaite qu’il soit de même pour les deux tomes parus de „Bonheurs”, que je n’ai écrits que sur l’affecteuse insistance de Roger Martin du Gard.

            La vie d’un petit pauvre „parti de rien”, creuvant son sillon à traversla dureté et l’injustice devrait plaire aux lecteurs hongrois. Mais ce sont des choses que vous apprécierez sans doute mieux que moi, et que je laisse à votre instinct dedécouvrir.

            Permettez-moi cependant d’insister sur le fait – que je vous confie – que j’ai collaboré

avec mon ami Roger Martin du Gard pour ses Thibault.

La dédicace de l’[?] la mentionne dans des termes non équivoques… Vous devez savoir certainement que les oeuvres complètes ont été publiées dans la Pléiade: j’ai reçu, avec une dédicace pathétique, sur les quatorze exemplaires réservés à l’auteur dans cette splendide collection…

            Encore ceci, peut-être, qui pourra vous sembler significatif: mon npremier livre („Graal”) depuis fort longtemps épuisé, comme plusieurs autres, a été publié sans nom d’auteur ou pseudonyme. et j’avais une très belle préface de Romain Rolland, que le manuscrit avait enthousiasmé… Je ne me suis pas décidé, à l’utiliser… Récemment, Jean Paulhan me révélait qu’un homme parlait souvent de ce „Graal”: André Suares…

            Ces coordonnées vous paraîtront peut-être suggestives, et je crois qu’elles le sont dans une certaine mesure.

             Je vous dirai enfin que je vis à l’écart du monde littéraire, et que je ne vais à Paris que lorsqu’il faut. On vient assez souvent – presque trop – me trouver dans ce chalet que j’ai construit dans une forêt ardennoise. Paul Guth, Raymond Dumay, entre autres…

Je vous remercie, infiniment , de ce que vous ferez pour mes livres, et je vous serre la main, très amicalement

                                    Marcel Lallemand

P.s. Je puis vous envoyer, bien entendu, si vous ne les possédéz pas, mes derniers livres, notamment „Impuissance de l’Histoire” (chez Marcel Rivière, dans la collection où a paru Georges Sorel.

            G. Kassai me parle de la traduction d’Ady Endre chez Seghers… Peut-être songera-t-on à une traduction de József Attila? M.