GYA077

Date: [?]
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (11-02-2018)
Folio number: 1

Mon cher Berci!

Je voulais vous le demander que nous nous disions nos noms et n’ai pas su le faire, merci et adopté – Je ne vais pas trop bien pas de service possible une petit infection localisée dans la région du rein, il faut faire attention que ça ne donne pas une pleurésie, à part moi c’est sans danger dit le médecin. Merci de votre bien gentille lettre. Je suis content pour Raymond, que ça aille mieux à Lausanne. Il ne vous demande aucune indulgence pour Adieu beau désordre, qui ne me tient (?) pas au coeur, et dont j’ai souvent rougi, depuis 4 ans bientôt que c’est écrit. ce que je comprends le moins, c’est le succès que ça a eu: J’en suis vexé, car je ne puis plus écrire comme cela – donc tout le monde trouvera que je baisse (?). Et puis c’est bon signe. Vous êtes un des très (?) rares „juges” à l’avis desquels j’attache de l’importance. Pouvez-vous venir ici demain samedi? – ou dimanche en allant à Lucerne? Je ne puis hélas vous offrir de coucher ici, ma soeur et mon beau frère arriveront samedi d’un voyage au midi, et restant qques jours ici. Je me fais des scrupules de vous faire revenir pour qques heures. Le mieux serait que vous repassiez ici en allant à Lucerne, n’est-ce pas? Car il faut que nous nous revoyions encore une fois. Votre visite m’a fait bp. de bien, j’ai eu peur de vous avoir un peu embêté étant assez obêti par ma maladie… - La Madone de B. est admirable, merci. – J’ai eu avant hier Jacques Cheueire qui m’en a dit de bien drôles (?) son ami Du Bos – Donc je vous attend demain ou après-demain, n’est- ce pas? Affectueusement votre Denis