GYA023

Vandoeuvres
Date: 14-11-1947
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (09-02-2018)
Folio number: 1

Monsieur et cher hôte de passage

C’est trop tard que j’ai téléphoné à votre pension vers le milieu de septembre, peut-être vous vous veniez ce matin-là de partir pour Zurich.

Mes voeux ont accompagné votre voyage. Je vous ai adressé mes trois derniers ouvrages, les „Petites d’oies”, le „Jardin aux Pivoines” qui est celui de mon enfance, le „Verger derrière la porche” où se passa mon adolescence et cela transposé, et la Rouben qui s’en va” où de retrouver tant de mes souvenirs de jeunesse, mais tout cela transposé, transfiguré, en désordre dans une lumière de contes de fée que traversa un réalisme aigu. Parfois il manque la „Roube qui revient” de l’écris. Peu à peu mais avec tant de difficultés matérielles et tant de limites aux cours d’ailes.

Si ce dernier volume ne doit pas être écrit, terminé dans le climat des autres l’oeuvre sera découronnée. Oh! La couronne ne serait pas lourde il ne s’agit que d’un toit à longue et douce pente où toutes les petites (?) à vies – d’une vie pareille aux autres vies viendraient s’abriter.

Je pense souvent à vous qui m’avez appris sur moi-même bien des choses, par exemple que je suis mystique. Cela m’etonne un peu.

J’espère que votre voyage à Paris et votre séjour dans cette ville vous ont intéressé et furent fructueux pour votre travail.

Vous ai-je dit qu’il a paru voilà deux années environ une ”anthologie” des Poètes suisses romands à Paris chez l’auteur qui en est l’éditeur: Ed. de Boccard Une courte biographie de moi y figure.

Merci de l’emouvante lettre que vous m’avez adressée peu après votre visite. J’espère que votre voix a repris courage et espoir. Bien à vous Emilia Cuchet-Albaret