FG_TI62

Nice
Date: 15-09-1982
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (26-07-2017)
Folio number: 1

Ma chère Ili,

Je n’ai pas besoin de te dire combien j’ai été heureux de te lire, d’avoir ton adresse à Zamárdi où tu passes maintenant de nombreux mois y ayant tonatelier et d’avoir non seulement de tes nouvelles mais de celles de ta maman et de ton fils. Je vois que tu travailles beaucoup et j’aimerais savoir si au cours de ces dernières tu as eu des expositions où ? dans quel cadre ? et si tu as une ou deux photos des toiles que tu as peintes récemment et qui me permettraient de me rendre compte du sens dans lequel ta peinteur a opéré son développement. J’avais beaucoup aimé celles de tes oeuvres dont les reproductions accompagnaient les catalogues que tu m’avais envoyées avant ta venue à Nice et que j’ai souvent regardées depuis. Elles témoignaient d’une grande concentration intérieure face aux paysages et aux êtres qui étaient tes modèles. Et dans ce mêli-mélo que représente l’art ou le soi-disant art contemporain dans l’univers je suis plus aue jamais attaché à une conceptions de la peinture en accord avec ce que tu représentais et, j’en suis sûr, continue de représenter.

J’ai donné il y a plusieurs semaines ton adresse de Buda à une amie peintre (elle a 66 ans) d’origine hongroise, comme son mari, Lelly Dombay, de nationalité canadienne qui a eu ce moment une exposition à Vác. Peut-être as-tu reçu l’invitation envoyée de ma part. Le couple habite Nice 6 mois de l’année et passe l’été dans une maison qu’il possède à Leányfalu. Je lui trouve beaucoup de talent tendance assez structuraliste au départ mais grande sensibilité de coloriste. C’est Ferenczy Erzsi qui leur a donné notre adresse il y a environ 4-5 ans et, depuis, nous sommes tr-s souvent ensemble. Nous sortons peu, nous voyons très peu de monde, encore une amie sculpteur dans la cinquantaine une ancienne antiquaire et un libraire marchand de très beaux livres anciens et modernes et de lithographies et eaux-fortes des très grand noms du XXe siècle. Je vais aux expositions assez nombreuses et d’assez bonne qualité maintenant, aux ventes aux enchères, je travaille sans hâte à mes souvenirs d’enfance et de prime jeunesse sans chercher à les publier pour 3-4 membres de ma famille. Et voilà !

Ma chère Ili bien des choses de ma part à ta chère maman et à ton fils.

Je t’embrasse très très affectueusement. Amitiés d’Irène

François