NNA032

10, rue Louvois (78) Viroflay (France)
XII Budapest Királyhágó u 5B Hongrie
Date: 18-05-1969
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Letter written by hand
Publisher: Tüskés Anna (12-05-2017)
Folio number: 1

Ma chère Agnès

Me voici de retour en France après un excellent voyage. Mais je suis pas près d’oublier toutes les gentillesses que Blaise et vous aves eu à mon égard. Elles m’ont été très précieuses croyez le.

Et puis, que de joies ont pu me prouver les traductions de vos poèmes ! Je les ai vécus comme on vit dans l’atmosphère des hautes cimes. Ils vivifient, ils exaltent. Je ne doute pas que votre livre sera fort apprécié en France, dans le mesure, bien sur, où notre public accord de l’intérêt à la poésie. Je n’ai pas encore travaillé à la « nuit d’Eknaton » mais je vais m’y mettre dès aujourd’hui. A ce propos voudriez-vous m’envoyer un exemplaire de mon adaptation de « carnet d’Eknaton ». Je m’aperçois que celui que je vous ai laissé était le seul que j’avais en ma possession. Je vais revoir « Chène de Nuit », « Statues » et « Voir », et les polir selon vos indications.

Pour le numéro sur la poésie hongroise d’Esprit, j’avais choisi de vous Entre-deux, mais j’aime aussi beaucoup Voir et Statues. Alors j’hésite entre les trois. Que me proposez-vous ?

J’ai adapté Fragments albigeois de Magda Sekely. C’est très beau. Ce poème paraitra dans Esprit. Vous pouvez le lui dire.

Ma chère Agnès, je crois que nous allons entretenir une correspondance assez assidue car j’aurai sans doute encore besoin de quelques explications concernant vos poèmes, comme, peut-être, vous aurez besoin de moi pour les miens. N’hésitez donc pas à m’écrire. Evidemment ça ne vaut pas les longs entretiens que nous venons d’avoir ensemble et dont je garde un merveilleux souvenir, mais je suis sûr qu’ils seront tout de même très fructueuse.

Odette a été très sensible à vos jolis cadeaux et me charge de vous en remercier en vous transmettant son fidèle souvenir.

Mes bonnes amitiés à Blaise

A vous affectueusement

Paul

J’espère que votre grippe vous a quitté définitivement.