DOB070

ASSOCIATION DES AMIS / DU / Fonds R. R. / 4 89, BOULEVARD DU MONTPARNASSE PARES
Aux bons soins de M. Tamas Lőrincz / Paris-7e
Date: 06-02-1972
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (28-10-2017)
Folio number: 1

Cher Monsieur et Amie,

J’ai appris que vous êtes maintenant en France. Je m’en réjouis, et je vous en félicite, si cela vous fait plaisir

Le prof. Lenz-Médoc, qui vous a vu à l’Institut lors de votre récente conférence, m’a dit que me sachant surchargée de travail vous n’avez pas voulu me déranger en m’invitant à cette conférence.

Mais je tiens beaucop à vous voir et j’espère qu vous trouverez, de votre côte, le temps de me faire une petite visite au boulevard du Montparnasse. Je vous propose même de venir un soir dîner avec moi : de cétte façon ni vous ni moi ne perdrons, de temps. – Mais tèléphonezmoi d’abord pour que nous chois issions ensemble 1a date qui nous conviedrait à tous les deux.

On m’a aussi appris que vous avez un fils de 19 ans et, si j’ai bien compris, il serait aussi en France. En ce cas j’aimerais beaucoup qu’il participe à un des stages prévus en août et dans le premiére moitié de septembre au Centre Jean-Christophe à Vézelay. Et peut-être que vous-même vous viendriez, en tant que « personnalité », y passer 2-3 jours pour parler aux jeunes gens de votre point de vue sur les problèmes de Solidarité Humaine ?

Je ne sais pas si vous savez déjà ce que n’est que en Centre Jean-Christophe; et si vous n ’avez pas encore eu la documentation le concernant, je veous laremettrai.

Notre Bulletin pour l’année 1970 –très en retard ! – est entre les mains de l »imprimeur ; et nous allons bientôt lui envoyer les textes pour année 1971 ; j ’espère que vous voudrez bien m’aider à composer celui que nous consacrerons à la rubrique Hongrie. Et comme nous y parle rons obligatoirement de vous, puisque vous avez représenté votre pays au Colloque de Varne, j’amerais aussi y donner un ôu deux extraits de votre discours. – Et j’aurais d’autres aspects des rapports de la Hongrie avec R. R. que je voudrais éclaircir avec vous pour ne pos en parler de façon erronée.

Je vous prie don de me téléphoner un de ces jours. Vous pouvez toujours le faire entre 8 h. et 13 et le soir entre 20 et 22 h.

Bien amicalement et à bientôt j’espère.

Marie Romain Rolland