DÉTI125

9, rue du Commerce / Paris (150)
Date: 12-02-1948
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (17-01-2018)
Folio number: 2

Cher Déry,

La lecture de votre roman m’a valu une semaine passionnante. Je viens seulement de la terminer à la faveur d’un petit voyage. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que c’est un monument et qu’il a sa place non seulement dans la littérature hongroise, mais aussi dans les lettres européennes.

Je m’ excuse de n’avoir pu entreprendre plus tôt cette lecture, mais l’ouvrage est de taille... Cela ne m’a d’ ailleurs pas empêché d’intervenir entretemps aupràs des Editions du Chêne. Il m’a été répondu qu’on <....> envisageait toujours l’éventualité d’une publication, mais qu’étant donné les difficultés techniques actuelles il fallait attendre. Bref, c’est ni oui, ni non. la réponse la plus diplomatique qu’on puisse recevoir... Conseillez à votre traductrice en tout cas, de ne pas s’arrêter là. On pourrait proposer ce livre à la E.R.F., je crois, avec certaines chances de succès. Je voudrais hieh vous être utile à quelque chose, votre livre le mérite.

Je pense réunir les oeuvres d’une vingtaine de conteurs hongrois contemporains en une anthologie. Auriez-vous un conte de dix ou quinze pages que vous considérez comme représentatif ? Tous me feriez un grand plaisir en me 1’envoyant .

J’ai l’intention de faire un court séjour à Budapest le mois prochain. J’espère alors vous voir un peu plus longuement que la dernière fois.

Je me prenez pas pour un poseur parce que je vous écris e français, mais ma machine n’a pas de caractères hongrois et c’est plus simple comme cela. D’ailleurs La magistrale aïeule de votre roman me donne à penser que vous connaissez parfaitement le français. Me permettrez-vous pourtant d’attirer votre attention sur deux coquilles ? Une fois la dame dit : « tous les sectes » au lieu de « toutes les sectes », et une autre fois : « à tout » au lieu d’« atout » . Voilà d’ailleurs qui n’est pas bien grave...

Avec tous mes remerciements, je vous prie d’agréer, cher Déry, l’expression de ma sincére admiration.

L. Gara