IGY040

Union Internationale de Radiodiffusion CENTRE INTERNATIONAL
Bibliotheque Hongroise, 4, rue Munier-Romilly
Date: 10-12-1947
Language: French
Repository: Private ownership
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (10-11-2017)
Folio number: 1

Cher Monsieur Illyés,

J’ai retrouvé dans mes papier les počmes d’Attila Jozsef, et vous les remettrai. Certains avaient été envoyés ŕ Prudhommeaux pour parution dans des revues françaises. Je voulais le faire moi-męme, mais Prud. a désiré se charger lui-męme de la chose. Evidemment, nous pourrions donner de nouvelles pičces de ce počte, mais les počmes de Radnoti que m’a montrés Miklos sont aussi excellents.

Je vois que vous vous faites quelques soucis pour Présence, et je comprends trčs bien vos difficultés et une certaine prudence qui est de rigueur dans toute l’entreprise. Vous pouvez ętre assuré (Miklos vous le dira sans doute aussi) que nous ne ferons rien qui puisse en quci que ce soit vous gęner ou gęner de vos collaborateurs hongrois, et que nous nous en tiendrons scupuleisement aux clauses de la Convention. Evidemment, le mieux serait que l’uh de nos amis communs (ou vous-męme) puisse ętre en permanence ŕ Genčve pour assurer les contacts nécessaires. Mais si ce n’est pas possible pour les premiers mois, il est facile ŕ mon sens de travailler par correspondance avec Budapest et Parts. Je m’en remettrai aussi volontiers aux avis de M. Oltvanyi, si vous pensez que nous puissions l’importuner avec ces questions.

Avec les éd. du Mont-Blanc, je pense que les choses peuvent s’organiser pour le mieux. Ce qui m’inquičte, c’est la possibilité de nouvelles démarches sur place ŕ Budapest, et ainsi de nouveaux délais qui retarderaient la parution peut-ętre de plusieurs mois. Je crois qu’il faut préserver ce qu’il entre d’énergies morales et spirituelles dans la préparation d’une revue, et aussi la confiance des auteurs que nous avons touchés déjŕ. C’est pourquoi je n’ose trop me faire ŕ l’idée d’un nouveau retard prolongé!

A vous, cher Monsieur Illyés, mes sentiments dévoués

Gilbert Trolliet

P/S Mlle Altmann, qui est chargée pour mon bureau de certaines traductions du hongrois dans 1e domaine de la radiodiffusion, me dit qu’elle aimerait beaucoup maintenir sa collaboration ŕ la Bibliothčque. Cela ne me regarde nullement, il va de soi, et je borne a vous faire part de ce voeu. Elle vous en a touché mot sans doute elle-męme. Elle me paraît dévouée, et son concours pour le Bulletin mensuel de mon bureau nous est précieux.