IGY025

UNION INTERNATIONALE DE RADIODIFFUSION (U.I.R.) GENEVE
Date: 13-10-1947
Language: French
Repository: Private ownership
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (10-11-2017)
Folio number: 1

Cher Monsieur Illyés,

Je suis trčs heureux d’apprendre par votre lettre du 10 courant que les choses sont en ordre, et que vous m’autorisez ŕ faire le nécessaire pour que la revue sorte ŕ partir de janvier. Aprčs tous ces mois d'attente, c'est une trčs bonne nouvelle, et je commence donc mes préparatifs (sans partir exactement ŕ zéro, parce que j’avais déjŕ, au cours des derničres semaines, établi des contacts qui n’engageaient pas expressément la revue).

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir toucher, si possible, ŕ Paris, Albert Camus, Jean Paulhan et Paul Eluard, et leur demander confirmation de leur accord en ce qui concerne leur adhésion au comité de la revue. M. Gyergyai m’avait fait part de leur acceptation de principe, et je n'ai pas voulu les relancer jusqu'ici ŕ ce sujet. Je me suis borné ŕ écrire ŕ Paulhan que je lui donnerais sous peu de plus amples renseignements sur Présence. Ces trois écrivains peuvent ętre atteints au sičge des éditions Gallimard, rue Sébastien-Bottin, maison dont vous ętes vous-męme un auteur.

Si, par ailleurs, il vous est possible de mettre sur la main sur tel ou tel texte trčs intéressant d'auteur français, je vous en serais reconnaissant. Nous éviterions ainsi une perte de temps. Mais les choses seront évidemment plus faciles ŕ partir du numéro 2 ou 3.

Emfin, vous m’obligeriez beaucoup en étudiant peut-ętre les possibilités de collaboration hongroise pour les 2 premiers numéros, en recourant aux bons offices éventuels de Prudhommeaux, déjŕ fort familiarisé avec vos auteurs, et qui a certainement des traductions inédites (et bonnes) sous la main.

Je suis sans nouvelles de Miklos, mais suis heureux qu’il revienne vers la fin du mois. Je craignais un peu qu’il restât ŕ Budapest. S'il est ici dans une quinzaine, les contacts n’en seront que plus faciles.

Si vous n'avez pas la possibilité de toucher MM. Paulhan, Camus et Eluard, je leur écrirai moi-męme sous peu. Je crains que leur collaboration ne soit pas trčs nombreuse au début (et Eluard, me dit-on, est malade), mais leur appui ŕ Paris est trčs important pour la revue.

J’attends toujours des nouvelles des Editions du Mont-Blanc au sujet de l’organisation commerciale de la revue. On me dit que je serai fixé sous peu. J’ai aussi pressenti les Editions Contemporaines, quai Wilson, qui seraient bien équipées pour cela, et ont également un sičge ŕ Paris.

Aprčs quelques entretiens avec des écrivains de passage, je me demande si nous ne ferions pas bien, aprčs tout, d'adopter la formule mensuelle, quittes ŕ paraître au début sur 56 pages, pour ne pas excéder les limites du budget. Je vous donnerai toutes indications utiles par un prochaincourrier.

Je vous envoie, cher Monsieur Illyés, tous me messages trčs cordiaux et dévoués

Gilbert Trolliet