BLE_PIM048

Budapest
Date: 27-10-1984
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (21-09-2017)
Folio number: 1

Cher Monsieur,

j’ai bien reçu votre lettre du 10 courant ; je suis content de ce que vous avez enfin reçu l’article sur votre père. Je viens de lire dans la revue IRODALOMTORTENETI KOZLEMENYEK (« Bulletin d’Histoire Littéraire ») une étude sur le dernier volume des Oeuvres Complètes en Prose d’Ady où l’auteur, à ma grande surprise, commente l’article du poète consacré aux jeunes confrères dont votre père ; or, cette étude comporte quelaues éléments nouveaux sur votre père (je vous enverrai les pages y relatives en photocopie).

Je vous joins les pages de mon livre AZURORSZAG où je parle de la ville d’Hyères et où je mentionne votre nom.

Je vous remercie les superbes photos du villages « banato-français », je pense rédiger un grand article en me basant sur la thèse de 1936 de E. Németh ; l’étude de Baldensperger et vos informations. Je compte ce faire en décembre, après Noël, lorsque mon article aura paru (c’est déjà une tradition que je publie un grand article dans le No de Noël ; c’est sera sur MARIE DE SOLMS, la grande tante de Mme Sellier-Turr, car j’ai trouvé un fascicule sur elle à la Bibliothèque de l’Académie ; rédigée par un certain Harsany ; proviseur d’Aix-les-Bains...).Je vous remercie également les documents concernant BERCHENY. Je ne savais pas grande chose sur les fêtes de 68 (je n’avais entendu que quelques informations fragmentaies à la radio ; c’était cette fois-ci que j’avais entendu votre nom pour la première fois...). Et vous savez-vous de la fête de Vaja et de Nyiregyhaza de 78 ? Nous avons inauguré un double monument à Vaja ; fief de Ràkoczi, consacré à Bercsényi père et fils (quant à ce dernier, c’était moi qui avais pris l’initiative de l’associer à son père, ce qui explique la présence de M. Rambal ; premier conseiller d’Ambassade et du lt.-colonel Moser, attaché des forces armées). Après il y eut une réunion solennelle à Nyiregyhàza ; avec, notamment, une conférence de mon ami Zachar que vous connaissez ; une brochure fut éditée par le Musée de Vaja, avec un résumé français ; je suppose que vous la possédez. Comme je vois le nom d’un général CHASSIN dans la liste de 68 ; je vous pose la question : s’agit-il d’un descendant de l’illustre Charles-Loius CHASSIN (1831-1901), éminent historien hungarophile ; disciple de Michelet ; il est l’auteur de deux ouvrages magistraux sur notre histoire ; je lui ai consacré un article dans M. Nemzet en 1976. Si c’est la même famille, je voudrais bien entrer en contact avec ce général (ou tout autre membre de la famille). Je vous prie de bien vouloir me faciliter ce contact. Toujours pour BERCHENY : vous savez peut-être que je suis l’ami de Claude MAURIAC dont je viens de traduire LE TEMPS IMMOBILE ; or, il mentionne souvent une branche de sa famille dans son JOURNAL monumental : il s’agit des Puységur. Comme je savais que le maréchal a des descendants de ce nom-là et comme l’un des Puységur s’appelle « Ladislas » ; je présumais qu’il s’agissait vraiment de la dynastie berchenyienne. Claude me l’a confirmé ; ainsi donc j’ai eu le plaisir de connaître son beau-frère, M. François Puységur dont voici l’adresse : 7, rue du Conseiller Collignon, PARIS 16e ; tél. : 527.35.65. Je pense qu’il serait content de faire votre connaissance, il possède des documents et souvenirs relatifs au maréchal et il est en rapport avec d’autres membres de cette illustre famille).

Je crois, cher Monsieur, avoir épuisé tous les sujets ; je vous quitte donc et je vous prie d’agréer mes sentiments reconnaissants.

P.-S. Mon ami B. Le Calloc’h (qui a rédigé une vingtaine d’articles pour l’anniversaire de Kőrösi Csoma) vient de m’envoyer l’ATTILA de Bouvier-Ajame ; l’avez-vous lu ?

André Lazar