BM030

89. BOULEVARD MONTPARNASSE PARIS VIe
Budapest
Date: 07-01-1948
Language: French
Repository: Petőfi Museum of Literature
Document type: Typed letter
Publisher: Tüskés Anna (24-10-2017)
Folio number: 1

Cher Monsieur,

Oui, je voulais depuis longtemps entrer en relations avec vous; mais je craignais que l'adresse conservée par R. ne convienne plus et j'ai été fort heureuse d'apprendre que vous êtes toujours à Budapest. J'avais eu il y a deux ans la visite de M. Aranyossy, qui m'avait promis de m'aider pour l’organisation d'un groupe hongrois, mais il n'a plus jamais donné signe de vie. Je ne savais donc plus comment amorcer le groupement que je voudrais voir se former dans votre pays comme il s'en forme comme presque tous ceux où. R. a eu et a encore des amis, quand est venu me voir M. Arthur Rosemberg, dont la femme est hongroise. − Je vous envoie ci-joint copie de me lettre à M. Hugai Ferencz, Gyöngyös, Köztarsasag-tèr 2 qui fut aussi un ami de R.R. et qui traduisit et édita Liluli. Je ne vous répète donc pas ce que je lui ai écrit dans cette lettre.

Je vous envoie de plus notre bulletin n°1 et je vous enverrai le n°2 dès que je saurai que cette première lettre vous est bien parvenue. Le 3 et le 4 paraîtront au début de février en un seul fascicule. Vous aurez alors un aperçu détaillé de notre activité.

Il y a une dizaine de jours est venu me voir M. Imré Gyomay; c'est sans doute Madame Gyomay qui vous a écrits. Il m'a apporté des dessins de Pal Varsanyi, dédiés à R.. Je lui ai parlé de notre Association et lui ai demandé conseil pour l'organisation du groupe hongrois et il m'a proposé de vous transmettre ma lettre. Si vous pouviez assumer le rôle de Président du Groupe, en tant qu'ancien ami et traducteur de R., cela serait certainement un grand pas de fait. Mais il faudrait que votre Comité, comme le Comité français et comme tous les autres, unisse des personnalités venant des horizons les plus différents. Il faudrait qu'il y ait autant que possible des représentants de toutes les « raisons d’ amitié » pour R. : amis de Jean-Christophe, pacifistes antifascistes, esprits religieux de toutes nuances, − en géneral toutes les bonnes volontés et toutes les bonnes fois capables de s'unir dans un idé<a>l de fraternité et de tolérance mutuelle. Il faudrait naturellement qu'il y ait aussi si possible un compositeur (vous devez en avoir qui sont des amis de R., l'un d'eux lui a même écrit, mais j'ai oublié son nom).

Je vous remercie, cher Monsieur, de votre sympathie pour moi personnellement; j'en suis très touchée.

Marie Romain Rolland

P.S.- Ce que je vous demanderai aussi, c'est de nous communiquer les textes des lettres de R. que vous possédez, pour nos Archives. Et si vous conaissez d'autres personnes habitant la Hongrie et ayant correspondu avec lui, soit de les prier dé se mettre en relations avec moi, soit de m’envoyer leurs noms et adresses pour que je leur écrive moi-même. − Je voudrais ainsi retrouver Madame Dr Marianne Czeke, qui habitait je crois à Budapest et avec qui R. a beaucoup correspondu pour un de ses livres sur l'oeuvre de Beethoven.

Pourriez-vous aussi me donner quelques conseils au sujet des personnalités que vous croiriez susceptibles de faire partie du Comité, − et de l'Association en général ? Si vous m’ en nommez quelques unes, donnez-moi quelques détails brefs à leur sujet ; il est toujôurs intéressant de connaître la profession, l'âge, etc. des personnes avec qui on a affaire.

Ce qui est très important aussi, c'est le choix du Secrétaire géneral, car c'est en somme lui qui dirige le travail et qui <...> fait la liaison entre son groupe « national » et notre Comité de Paris. Il faudrait quelqu'un qui ne soit pas trop âgé, qui dispose d'un peu de temps, qui ait beaucoup de sympathie pour R.R. et qui soit à la fois actif et ordonné (cette dernière qualité est vraiment très nécessaire, je m'en rends de plus en plus compte)

Encore une fois merci, cher Monsieur, et croyez, je vous pris, à mes sentiments les plus amicaux.

MRR.